S’empuissancer ? Indispensable pour 2021 !  – Article publié par le quotidien L’Écho

S’empuissancer ? Indispensable pour 2021 ! – Article publié par le quotidien L’Écho

En prolongement de cf. mes conférences, le principal quotidien économique belge, L'Écho, a publié ici cet article sur l'empuissancement. J'y expose les raisons pour lesquelles cette capacité à renforcer par nous-même notre puissance est devenue si importante aujourd'hui.

La puissance humaine est la capacité d’un individu à modifier son environnement, à l’influencer pour obtenir ce qu’il désire, le plus rapidement possible. Selon le classement Forbes, Xi Jinping serait l’homme le plus puissant du monde. Mais il y a d’autres formes de puissance, plus utiles aujourd’hui.

"S’empuissancer", c’est faire grandir notre puissance individuelle au service d’un bien-être durable et partagé: respect des équilibres humains, sociaux, environnementaux, économiques. C’est aussi associer cette puissance aux actions collectives impératives face aux défis actuels et à venir. Pensez-y un instant: doté de la puissance d’action suffisante, qu’aimeriez-vous entreprendre en 2021? Quelle initiative rejoindre ou créer pour régénérer le monde, remettre en cause des idées ou systèmes obsolètes, et soutenir un saut de civilisation?

Les aléas liés à l’évolution accélérée du monde inquiètent, frustrent, mobilisent ou découragent. Ce sont autant de raisons de se responsabiliser davantage et de "s’empuissancer", pour soutenir ces changements cruciaux.

Agents de changements inspirants

Lorsque, pendant le terrible hiver 1954, Henri Grouès apprend qu’un enfant est mort de froid dans les rues de Paris, il est bouleversé. Le 1er février 1954, son intervention sur Radio-Luxembourg frappe l’opinion publique. Cet "Appel de l'abbé Pierre" lance un mouvement d’entraide qui ne cessera de croître.

Le 8 mai 1985, Richard von Weizsäcker, président de la République fédérale d’Allemagne, prononce au Bundestag un vibrant discours lors de la commémoration du 40e anniversaire de la fin de la guerre: "Quiconque ferme les yeux devant le passé ne voit pas le présent. Quiconque refuse de se souvenir de la barbarie se retrouve exposé à de nouveaux risques de contagion." Son appel à l’honnêteté, à "l’imagination et la générosité de cœur" accélérera le processus de réconciliation.

Le 20 août 2018, une jeune fille est assise seule devant le parlement de son pays, munie d’une simple pancarte, d’un sac à dos et d’une gourde. À 15 ans, Greta Thunberg entame une grève scolaire pour le climat. Elle ne sait pas encore qu’elle entre dans l’histoire, inspirant des millions de personnes, critiquée et haïe par d’autres, mais ne laissant personne indifférent.

À leurs côtés, nombreux sont les "agents de changements inspirants": Nelson Mandela, Simone Veil ou Gandhi, ou Jimmy Wales, Winston Churchill… D’où vient leur puissance d’impact?

Révéler notre meilleur potentiel

En physique, on nomme "énergie" la capacité d’un système à modifier un état ou à produire un travail, un mouvement, un rayonnement… La "puissance", quant à elle, désigne la capacité à fournir cette énergie par unité de temps.

Par analogie, la "puissance" d’une personne est sa capacité à transformer ou influencer un environnement ou un système, dans un temps donné.

"S’empuissancer", c’est développer notre propre puissance.

Environnement, santé, climat, démocratie, démographie, nationalismes, effondrement de la biodiversité et des ressources, digitalisation, IA, robotisation, burn-out… Les aléas liés à l’évolution accélérée du monde inquiètent, frustrent, mobilisent ou découragent. La conjonction de ces défis secoue nos organisations, nos pays, l’Europe, le monde. Ce sont autant de raisons de se responsabiliser davantage et de "s’empuissancer", pour soutenir ces changements cruciaux. Mais comment révéler notre meilleur potentiel?

3 leviers

Trois années de travaux avec l’expert en psychologie et neurosciences, Daniel Kerrigan, ont permis d’identifier 3 leviers principaux d’"empuissancement": nos "motivations", nos "états d’esprit" et nos "capacités".

Nous avons besoin de renforcer notre «motivation»à améliorer le monde et le rendre durable, harmonieux et partagé. Par exemple, en reconnaissant notre vulnérabilité, notre interdépendance. Nous nous ré-émerveillons alors devant la magie de la vie; nous nous ouvrons aux souffrances du monde et de l’autre, nous nous soucions de l’inquiétude et la colère de nos enfants. Ces sentiments généreront spontanément en nous une grande force de mobilisation.

En matière d’"états d’esprit", cultivons notamment l’espoir, l’apprentissage et la bienveillance. Ils ne sont pas innés, et les développer n’est pas instantané, surtout en période de crise. Une démarche méthodique s’impose.

Parmi les nouvelles "capacités" à développer, certaines sont contre-intuitives, comme la lucidité et l’humilité. Elles sont handicapées par les multiples bugs mentaux propres aux humains. La première étape est de reconnaître avec modestie notre imperfection. Puis pratiquons le "yoga mental". Assouplissant et affûtant notre esprit, nous nous libérons de la prison de nos certitudes et dogmes. Nous inhibons nos pensées automatiques, au profit de la curiosité, la nuance et la tolérance. Nos champs des possibles s’élargissent; notre créativité et notre engagement se renforcent.

Si les effets de cette triade sont souvent saisissants, ne nous "trumpons pas". Notre puissance n’a de sens qu’utilisée avec sagesse et générosité, au service d’un bien-être partagé et durable.

En cette période de chaos, l’"empuissancement" s’avère indispensable pour aborder 2021. Il est aussi une source de joie et d’élévation, sentiments trop rares en cette fin d’année, mais dont la contagion heureuse ne devra à aucun prix être entravée.

Osons parler d’amour !

Le psychothérapeute, Benoît Vercammen, m'interroge à propos de ce mot si riche et aux sens multiples : L'amour.

J'espère que cette belle conversation vous inspirera afin d'illuminer votre vie et celle de ceux que vous côtoyez.

Après-Covid : une conversation pour aller à l’essentiel

Le Covid-19 nous bouscule bien au-delà de la crise sanitaire actuelle. Il nous confronte à nos limites, à nos hérésies, à nos défis...

Pour envisager l'après-Covid, j'ai été invité à partager quelques idées avec de merveilleux complices.

Le professeur Grégoire Borst dirige un laboratoire de neurosciences et psychologie du développement et de l'éducation de l'enfant, à Paris-Descartes-la Sorbonne.

Docteur en psychologie, Ilios Kotsou est un expert en psychologie positive passionnant. Il a co-fondé Emergences, une association qui organise, chaque année, un inspirant événement parrainé par Matthieu Ricard. Il invoque la "mondialisation des coeurs".

Abdennour Bidar, haut fonctionnaire de l'état à l'éducation nationale est un philosophe auvergnat passionnant qui nous invite à retisser les liens brisés du monde.

Cet échange a été initié et animé par Stanislas van Wassenhove, le fondateur de l'université d'été pour dirigeants Trans-mutation, que j'ai le plaisir et l'honneur de co-organiser avec une joyeuse équipe.

Ne manquez pas ces idées oxygénantes...

Vos opinions seront appréciées.

Les compétences déterminantes face aux secousses de notre civilisation

Les compétences déterminantes face aux secousses de notre civilisation

Bonjour,

Désolé, d'habitude, j'illustre mes emails avec des images plus positives. Et en plus, c'est l'été !

Mais, soyons honnêtes, au moins entre nous. Qu'on le veuille ou non, l'avenir ne va pas être simple (et c'est un euphémisme).

D'où notre réflexion constante, chez DareDo : quelles compétences seront les plus déterminantes pour faire face aux défis de l'avenir? Car nous n'avons plus qu'une seule certitude : l'incertitude !

Et dire que ce n'est qu'un début... !

Si une chose est sûre, c'est que rien ne l'est plus ! La seule constante n'est pas le changement, mais son accélération, son intensification. Je ne vous ennuierai pas longtemps, car la liste serait trop longue, au sein de laquelle se croisent et interagissent des éléments comme :

  • la crise écologique et le réchauffement climatique,
  • la révolution du travail (digitalisation, robotisation, raréfaction, mondialisation...),
  • La complexité croissante, en tous domaines, et la tentation des solutions simplistes,
  • la perte de confiance dans les institutions, les élites, la science,
  • la crise de la vérité, la radicalisation des opinions et les tensions sociales,
  • les replis identitaires ou religieux,
  • la crise migratoire,
  • la perte de sens face au non-sens de la société de consommation...

Quelles compétences face à de tels défis ?

Alors, comment aborder les multiples défis de notre avenir ? Quelles compétences vont s'avérer indispensables pour garder la sérénité nécessaire à notre bien-être et à notre lucidité, pour trouver le courage d'agir, d'entreprendre, de persévérer, pour affirmer nos opinions, lorsqu'elles diffèrent de celles de notre entourage ou de la majorité ? Comment éviter le pire ou y faire face, et contribuer au meilleur ?

Donnez-nous votre avis

Depuis plusieurs années, Daniel Kerrigan et moi cherchons, proposons et expérimentons (sur nous-mêmes d'abord 😉 certaines compétences, comme le courage, l'audace, la bienveillance, l'autonomie, le self-leadership, la souplesse mentale... (ce qui ne veut pas dire qu'on excelle en toutes ces qualités 😉

Mais on aimerait aussi connaître votre avis.

Alors, vous, quelles compétences vous semble-t-il le plus utile d'acquérir ou de renforcer face aux défis de l'avenir ?

Indiquez-les-nous dans ce bref sondage. Nous partagerons avec vous une synthèse des réponses et l'analyse que nous en aurons faite. Et vous proposerons des idées pratiques.

25 juillet à 20h30 - Bloquez déjà cette date

Dans quelques jours, nous animerons un webinaire au cours duquel nous parlerons d'une compétence importante : la confiance en soi (car, oui, c'est une compétence qui se développe). Et nous proposerons quelques pistes pour la renforcer.

Nous en profiterons, si le nombre de réponses reçues le permet déjà, pour vous donner de premières indications quant aux résultats du sondage.

En attendant, pour toute question ou remarque, contactez-nous.

Merci encore pour votre intérêt à l'égard de nos travaux et à bientôt...

Avec enthousiasme,

Pierre

 

Pierre Portevin
Coach, formateur et conférencier

Crédits
Images :  Noaa / Unsplash
Portrait : Martine Zunini