Vidéo : Du rôle clé de l’estime de soi : une conférence pour comprendre comment s’épanouir

Votre estime de soi joue un rôle-clé dans votre vie. En prenez-vous suffisamment soin ?

La question du rôle de l'estime de soi est importante, car nous sommes majoritairement peu ou mal informés de l’influence qu’elle exerce sur notre quotidien. De fait, l'estime de soi sous-tend notre confiance en soi, notre motivation, la capacité à prendre pleinement en main le pouvoir et la responsabilité de notre vie. Elle a un fort impact sur la qualité de nos relations avec les autres, notre persévérance et notre résilience face aux difficultés de la vie... C'est le sujet développé dans cette conférence.

Soyons vigilant·es : fragile ou faible, l'estime de soi nous insécurise et nous bloque

Si notre estime de soi est faible ou fragile, nous considérons n’avoir que peu de valeur. Notre avis nous parait sans importance. Nous ne compterions pas aux yeux des autres... Pour compenser l’insécurité intérieure que cela provoque, nous nous mettons en quête de sécurité extérieure. Pour cela, nous cherchons à nous comparer aux autres (souvent à notre désavantage) ; nous nous protégeons en taisant nos opinions ou idées. Ou au contraire, la susceptibilité à fleur de peau, nous les défendons bec et ongles, quitte à nous disputer avec celles ou ceux qui nous sont les plus chers. Nous pouvons aussi rester dans l'ombre, cachés ou masqués, ou rechercher la reconnaissance à tout prix, les projecteurs, les récompenses. Cela peut enfin nous conduire à privilégier des relations de dépendance, même si elles nous font souffrir.

Derrière ces réactions se cachent des sentiments qui pénalisent notre vie, minent nos relations, nos projets et notre épanouissement

Ces réactions nous aident en général à masquer d'autres sentiments dévastateurs comme la honte ou la culpabilité chronique. L'ennui, c'est que celles-ci favorisent nos auto-sabotages, ou l’auto-imposition de limitations inappropriées. La dépression n'est plus très loin...

Comment reconsidérer la valeur que nous nous accordons sans tomber dans les pièges d'une estime de soi fragile, pour favoriser une confiance intérieure solide et libérer notre force tranquille ?

Au cours de cette conférence, nous verrons ce qui peut se passer lorsque notre estime de soi est fragile ou faible, les pièges qu'elle nous tend, mais aussi ce qu’elle nous apporte quand elle est saine et équilibrée. Nous verrons ce qui fonde sa stabilité et ce qui lui nuit.

Nous explorerons ensuite des solutions efficientes pour la consolider lorsque c’est nécessaire, pour favoriser les conditions de notre plein épanouissement.

Si la formation dont je parle en fin de conférence vous intéresse, écrivez-moi. Je vous ferai bénéficier de conditions privilégiées et des bonus offerts à l'époque.

Les infos sont ici...  

 

Stupidité, curiosité et fainéantise : 3 qualités essentielles d’un bon coach

Stupidité, curiosité et fainéantise : 3 qualités essentielles d’un bon coach

J’ai découvert le coaching, il y a plus de 30 ans, quand j’ai enfin accepté « d’aller voir quelqu’un ». Pour obtenir ma confiance, il me semblait que ce coach devrait être intelligent, stratège, énergique… Avec l’expérience, puis mes multiples formations à ce métier, j’ai appris que les qualités requises en sont, de fait, les parfaits opposés [1].

Depuis, je cultive avec délectation 3 qualités formidables.

Un bon coach est stupide. Expliquez-lui ce qui vous amène et vos difficultés, il n’y comprend rien et vous demande de nombreux éclaircissements. Sa naïveté est enfantine.

Un bon coach est curieux. Il veut découvrir, comprendre… « Pourquoi continuez-vous à faire ça ? Et qu’est-ce qui se passe quand vous arrêtez de le faire ? Vous n’arrêtez jamais – pourquoi ? Qu’est-ce qui vous en empêche ? Et s’il ne vous était plus possible de le faire, qu’est-ce qui se passerait de bien ? Que pourriez-vous faire d’autre ?... »

Un bon coach est fainéant. Il ne réfléchit pas pour vous ; c’est à vous de le faire. Il ne vous propose pas de solution ; c’est à vous de les trouver. L’avantage, lorsqu’elles viennent de vous, c’est que vous y adhérez vraiment et que vous les mettez en œuvre. Enfin, il ne fait rien pour vous ; c’est à vous de vous y coller !

Fort de ces 3 grandes qualités, le coach vous aide à révéler le meilleur de vous-même. Votre vie commence alors à pétiller et votre entourage, vos projets en profitent aussi.

On en parle quand vous voulez, si vous acceptez de vous adresser à quelqu’un d’aussi stupide, curieux et fainéant que moi !

 

Esquisse réalisée par Molly

 

[1] Toute ma gratitude à Daniëlle De Wilde et au BAO pour cette précieuse précision.
S’empuissancer ? Indispensable pour 2021 !  – Article publié par le quotidien L’Écho

S’empuissancer ? Indispensable pour 2021 ! – Article publié par le quotidien L’Écho

En prolongement de cf. mes conférences, le principal quotidien économique belge, L'Écho, a publié ici cet article sur l'empuissancement. J'y expose les raisons pour lesquelles cette capacité à renforcer par nous-même notre puissance est devenue si importante aujourd'hui.

La puissance humaine est la capacité d’un individu à modifier son environnement, à l’influencer pour obtenir ce qu’il désire, le plus rapidement possible. Selon le classement Forbes, Xi Jinping serait l’homme le plus puissant du monde. Mais il y a d’autres formes de puissance, plus utiles aujourd’hui.

"S’empuissancer", c’est faire grandir notre puissance individuelle au service d’un bien-être durable et partagé: respect des équilibres humains, sociaux, environnementaux, économiques. C’est aussi associer cette puissance aux actions collectives impératives face aux défis actuels et à venir. Pensez-y un instant: doté de la puissance d’action suffisante, qu’aimeriez-vous entreprendre en 2021? Quelle initiative rejoindre ou créer pour régénérer le monde, remettre en cause des idées ou systèmes obsolètes, et soutenir un saut de civilisation?

Les aléas liés à l’évolution accélérée du monde inquiètent, frustrent, mobilisent ou découragent. Ce sont autant de raisons de se responsabiliser davantage et de "s’empuissancer", pour soutenir ces changements cruciaux.

Agents de changements inspirants

Lorsque, pendant le terrible hiver 1954, Henri Grouès apprend qu’un enfant est mort de froid dans les rues de Paris, il est bouleversé. Le 1er février 1954, son intervention sur Radio-Luxembourg frappe l’opinion publique. Cet "Appel de l'abbé Pierre" lance un mouvement d’entraide qui ne cessera de croître.

Le 8 mai 1985, Richard von Weizsäcker, président de la République fédérale d’Allemagne, prononce au Bundestag un vibrant discours lors de la commémoration du 40e anniversaire de la fin de la guerre: "Quiconque ferme les yeux devant le passé ne voit pas le présent. Quiconque refuse de se souvenir de la barbarie se retrouve exposé à de nouveaux risques de contagion." Son appel à l’honnêteté, à "l’imagination et la générosité de cœur" accélérera le processus de réconciliation.

Le 20 août 2018, une jeune fille est assise seule devant le parlement de son pays, munie d’une simple pancarte, d’un sac à dos et d’une gourde. À 15 ans, Greta Thunberg entame une grève scolaire pour le climat. Elle ne sait pas encore qu’elle entre dans l’histoire, inspirant des millions de personnes, critiquée et haïe par d’autres, mais ne laissant personne indifférent.

À leurs côtés, nombreux sont les "agents de changements inspirants": Nelson Mandela, Simone Veil ou Gandhi, ou Jimmy Wales, Winston Churchill… D’où vient leur puissance d’impact?

Révéler notre meilleur potentiel

En physique, on nomme "énergie" la capacité d’un système à modifier un état ou à produire un travail, un mouvement, un rayonnement… La "puissance", quant à elle, désigne la capacité à fournir cette énergie par unité de temps.

Par analogie, la "puissance" d’une personne est sa capacité à transformer ou influencer un environnement ou un système, dans un temps donné.

"S’empuissancer", c’est développer notre propre puissance.

Environnement, santé, climat, démocratie, démographie, nationalismes, effondrement de la biodiversité et des ressources, digitalisation, IA, robotisation, burn-out… Les aléas liés à l’évolution accélérée du monde inquiètent, frustrent, mobilisent ou découragent. La conjonction de ces défis secoue nos organisations, nos pays, l’Europe, le monde. Ce sont autant de raisons de se responsabiliser davantage et de "s’empuissancer", pour soutenir ces changements cruciaux. Mais comment révéler notre meilleur potentiel?

3 leviers

Trois années de travaux avec l’expert en psychologie et neurosciences, Daniel Kerrigan, ont permis d’identifier 3 leviers principaux d’"empuissancement": nos "motivations", nos "états d’esprit" et nos "capacités".

Nous avons besoin de renforcer notre «motivation»à améliorer le monde et le rendre durable, harmonieux et partagé. Par exemple, en reconnaissant notre vulnérabilité, notre interdépendance. Nous nous ré-émerveillons alors devant la magie de la vie; nous nous ouvrons aux souffrances du monde et de l’autre, nous nous soucions de l’inquiétude et la colère de nos enfants. Ces sentiments généreront spontanément en nous une grande force de mobilisation.

En matière d’"états d’esprit", cultivons notamment l’espoir, l’apprentissage et la bienveillance. Ils ne sont pas innés, et les développer n’est pas instantané, surtout en période de crise. Une démarche méthodique s’impose.

Parmi les nouvelles "capacités" à développer, certaines sont contre-intuitives, comme la lucidité et l’humilité. Elles sont handicapées par les multiples bugs mentaux propres aux humains. La première étape est de reconnaître avec modestie notre imperfection. Puis pratiquons le "yoga mental". Assouplissant et affûtant notre esprit, nous nous libérons de la prison de nos certitudes et dogmes. Nous inhibons nos pensées automatiques, au profit de la curiosité, la nuance et la tolérance. Nos champs des possibles s’élargissent; notre créativité et notre engagement se renforcent.

Si les effets de cette triade sont souvent saisissants, ne nous "trumpons pas". Notre puissance n’a de sens qu’utilisée avec sagesse et générosité, au service d’un bien-être partagé et durable.

En cette période de chaos, l’"empuissancement" s’avère indispensable pour aborder 2021. Il est aussi une source de joie et d’élévation, sentiments trop rares en cette fin d’année, mais dont la contagion heureuse ne devra à aucun prix être entravée.

Osons parler d’amour !

Le psychothérapeute, Benoît Vercammen, m'interroge à propos de ce mot si riche et aux sens multiples : L'amour.

J'espère que cette belle conversation vous inspirera afin d'illuminer votre vie et celle de ceux que vous côtoyez.

Après-Covid : une conversation pour aller à l’essentiel

Le Covid-19 nous bouscule bien au-delà de la crise sanitaire actuelle. Il nous confronte à nos limites, à nos hérésies, à nos défis...

Pour envisager l'après-Covid, j'ai été invité à partager quelques idées avec de merveilleux complices.

Le professeur Grégoire Borst dirige un laboratoire de neurosciences et psychologie du développement et de l'éducation de l'enfant, à Paris-Descartes-la Sorbonne.

Docteur en psychologie, Ilios Kotsou est un expert en psychologie positive passionnant. Il a co-fondé Emergences, une association qui organise, chaque année, un inspirant événement parrainé par Matthieu Ricard. Il invoque la "mondialisation des coeurs".

Abdennour Bidar, haut fonctionnaire de l'état à l'éducation nationale est un philosophe auvergnat passionnant qui nous invite à retisser les liens brisés du monde.

Cet échange a été initié et animé par Stanislas van Wassenhove, le fondateur de l'université d'été pour dirigeants Trans-mutation, que j'ai le plaisir et l'honneur de co-organiser avec une joyeuse équipe.

Ne manquez pas ces idées oxygénantes...

Vos opinions seront appréciées.